Back to Retro 2 – Des artistes et commerçants restent dans l’incertitude

Note de la rédaction: Eh oui, cela fait déjà plus qu’un mois que la Back to Retro 2 a eu lieu. Salon qui a été bien vécu par le grand public, mais dont certains incidents ont fait pas mal de bruit. Pourquoi alors ressortir tout ça? Cette troisième partie n’a pas pu être publié avant, tout simplement. Sur Geeks Life, nous travaillons en bénévole, en dehors de boulot/études/famille/etc. Désolée pour ce retard! Je tiens par contre à ajouter que le contenu est toujours encore d’actualité et que certaines discussions ont été menées il y a quelques jours seulement.

Nous espérons sincèrement que les désaccords entre les personnes concernés seront résolues aussi vite que possible et que les futurs événements se passeront mieux pour tout le monde!

 

Parmi les agences qui ont placé des artistes lors du salon figure Art-Smile (site web: http://art-smile.be/). Celle-ci a envoyé un sculpteur de ballons qui pratique son art depuis plusieurs années. Simples ou avancés, ses arrangements sont variés, comme les visiteurs de la Back to Retro 2 ont pu le voir. Or, jusqu’à ce jour, l’agence n’a pas été payée par l’organisation l’événement.

Voici le témoignage de l’artiste.

“Dans les grandes lignes dès que l’organisation a senti le vent tourner et sa soirée du samedi tomber à l’eau … il a compris qu’il allait boire la tasse. Il a donc chercher le moindre détail pour ne pas honorer ses contrats en jouant sur les mots.

Donc pour mon cas personnel, je devais bosser 3 heures par jour sur horaire défini, le samedi je suis arrivé 4 heures à l’avance pour déposer mon épouse et j’ai pris l’initiative de sculpter une robe en ballon, ce qui je pense n’est pas courant et tant qu’a être sur place autant faire quelque chose de visuel. Une fois l’heure arrivée j’ai prester mes 3 heures avec le peu d’enfants présent. Le dimanche quand je suis arrivé, mon épouse m’a signalé que l’organisateur refusais de donner des tickets boissons comme convenu lors de la signature des contrats par l’agence qui nous placais. Ensuite sont arrivés les évènements de Stéphanie (voir partie 1 de la série, ndlr) et j’ai vu l’ampleur sur le net, j’ai appris par mon agent que l’organisateur refusait de payer les prestations. Sur la page de BTR il m’a été répondu ceci: “Quand on fait de la merde, on assume”. Je vous invite a voir mon travail en photo je ne pense pas être mauvais dans mon art.

L’organisateur estime qu’il avait demander un CLOWN maquillé pour faire des ballons, et que comme je suis pas CLOWN je ne dois pas être payer. J’ai été banni sur le champs de la page. Je ne me fait pas de soucis pour mon cachet l’agence qui m’a envoyé me paiera, mais je trouve plus que déplacé le comportement de cette personne. Quand au cas Stéphanie mon épouse était occupée a demander des explications sur les tickets boissons. Et cet échange a eu lieu

  • Agent de sécurité : Il y’a la transexuelle qui est là
  • Le beau fil: Laquelle ??
  • L’organisateur: Le travelot ?! il ne rentre pas . point

Pour les jongleurs (ndlr: voir ci-dessous) il se plaint de la prestation jonglerie, mais n’a a aucuns moment stopper et a laisser faire car c’était un plus. Après ils sort les argument de ” danger ” je rigole doucement.”

Est-ce qu’il était là lors de la presta des jongleurs?

“Oui.”

Est-ce qu’il a même regardé?

“Il n’est pas resté tout le long mais oui.

Ils devaient faire peur dans la maison hantée mais avec un passage tout les 1/4 d’heure ils se sont vites ennuyer. Ils ont donc cru bien faire, un bonus quoi. L’organisateur croyait avoir des tas d’enfant dans l’espace qu’il a voulu créer, un coin payant. On a vu 40 gosses sur les deux jours à 3 euros. Mon épouse devait faire des animations et bricolage. Mais in lui reproche de ne pas avoir emmené les enfants aux toilettes. Ce n’était pas son rôle.”

En gros, l’artiste résume l’affaire comme suit: “Pour lui je ne suis pas clown …. c’est suffisant pour tenter de casser le contrat.”

14620113_10209890526715563_1927450381_n

Le spectacle pyrotechnique concerne un groupe de jongleurs qui était invité.

Nous avons pu parler au responsable:

“Le client avait commandé trois personnages effrayant. Comme il n’y avait personne ou presque, mes gars ont jugé bon de lui proposer, en plus de leurs costumes, de prester en tant que jongleurs (gratuitement : on n’a pas facturé quoi que ce soit en plus). On a rapidement constaté qu’il allait boire le bouillon. Il a alors commencé à se trouver une tonne d’excuses pour ne pas honorer ses dettes.

ça a commencé par des accusations concernant la qualité de ce que l’on avait fait. Ensuite, il nous a accusé d’avoir déclenché l’alarme incendie le dimanche (alors que le dimanche, personne n’a jonglé avec du feu … on s’est contenté de jongler avec des sabres et de faire peur aux clients comme il l’exigeait).

Quand j’ai demandé des comptes très poliment sur facebook, il a directement supprimé mon poste et m’empêche de poster quoi que ce soit (j’avais alors juste demandé où cela en était avec les paiements des artistes). Du coup, je me retrouve avec un trou astronomique dans mon compta car j’ai déjà payé mes trois artistes (qui se sont d’ailleurs plaints d’avoir été mal reçus, mal considérés par le client).

Ce type est un malhonnête. Pour donner un exemple, il a signé un contrat avec mon directeur d’agence sur lequel il nous demande de prester à partir de 10h. Le premier jour, il nous a dit que nous étions en retard et que nous devions commencer à 9h jusque 18h (16h dans le contrat)

Aucune excuse, aucune réponse et aucun règlement. Mon boss d’agence prévoit de le poursuivre en justice, mais c’est délicat car ce sont encore des frais en plus … et la dernière fois que j’ai voulu m’adresser à lui, c’était bien il y a deux ou trois semaines – quand il m’a bloqué.”

Des gens m’ont dit qu’il était sur place quand les artistes ont fait le spectacle et qu’il a même regardé, mais pas stoppé quoi que ce soit. Est-ce que c’est vrai?

“Oui c’est tout à fait vrai. On lui a demandé si on pouvait faire un petit spectacle pour les gens. Il a répondu “faites ce que vous voulez”. Pour après nous reprocher de l’avoir fait en provoquant un risque démesuré alors qu’il a regardé ça avec délectation pendant tout le spectacle … Il se moque vraiment des gens et des artistes. Il aurait éventuellement négocié une remise ou une ristourne parce que son événement avait foiré : à la limite, on aurait presque dit oui. Mais ici, il ne veut juste rien payer … sans excuse valable. Et en mentant.”

Donc jusque maintenant les artistes n’ont pas vu un centime de sa part?

“Rien du tout non”

Vadu Amka quant à elle est une graphiste et plasticienne, passionnée par l’art de la récupération, la conception et le retro-gaming. A la base, elle était invitée à l’événement en tant qu’artiste, mais il y a eu des désaccords avec l’orga. Que s’est-il passé?

Elle a publié ses explications sur sa page Facebook:

“Bonsoir les Belges (et Luxembourgeois!) Je n’ai pas une très bonne nouvelle à vous annoncer. Je devais initialement être présente au Back to Retro 2 qui se tient à Arlon. Mais ça vient de tomber à l’eau à cause de beaucoup trop de prises de tête pour avoir des informations pertinentes. Comme vous le savez l’organisation d’expo (et les conventions en somme) sont une fameuse grosse dose de stress. Et l’une des choses primordiales pour moi (bien avant les repas, boissons et hôtels) c’est de savoir si j’ai à disposition une surface avec des vitrines pour assurer la sécurité de mes créations, en plus des informations habituelles pour les sorties de secours. Etant donné que j’organisais gratuitement une animation pour venir personnaliser des coques (et aucune vente sur place), il était évident que ma surface devait être équipée de quoi prendre en charge une petite expo. Comme vous le savez à 99% des events où je suis, mes machines et artworks m’accompagnent. (Et c’est vite abîmé ou chipé!). Mais nos discussions sont vite parties en quiproquos et prises de bec. J’aurai d’ailleurs dû rester là. Je n’ai pas peur de dire qu’il s’agit d’amateurisme. Car lorsqu’on démarche des artistes en salon et qu’on décide de les inviter (?) et de jouer sur cette notion de “convié” mais plus trop car on se rend compte que ça coûte de l’argent de louer des vitrines (oui pour moi aussi). Il ne faut pas s’attendre à ce qu’on saute de joie. Mais j’étais quand même prête à trouver un plan B pour ce petit détail. Je m’étais annoncée et des gens savaient que j’allais être présente durant ce week-end. Seulement voilà, si on pose des questions, qu’on vous ennuie à savoir où, quand, comment ça se passe ? La sécurité, les assurances… C’est pas pour notre plaisir personnel. Ou pour faire nos divas, parce que là, demander un minimum d’information et avoir des réponses concrètes c’est faire sa star. Ce type de “réponse” et de laisser aller prouve bien qu’au final certains events qui veulent faire comme les grands, restent au stade de la simple brocante & kermesse (et ce n’est pas vraiment péjoratif). PS : Merci de m’avoir traité de grosse vache “

 

292665BTR2.jpg

L’échange ci-dessus a eu lieu par la suite, mais ça ne s’arrête pas là. “J’ai personnellement été insulté et menacée par le fils. Mon fameux égo concerne le fait d’avoir demandé en vain des réponses à temps. Deux de mes amis ont été insulté et traité comme des prolétaires. On a vraiment “donné” dans toute cette histoire et de tout façon, les organisateurs du BTR trouveront toujours quelque chose pour nous mettre en porte à faux.”

En ce qui concerne l'”égo surdimensionné” évoqué dans l’interview (voir partie 2), ce n’est visiblement pas l’avis de tout le monde. Beaucoup de gens ont réagi et ajouté que “ça se voit que l’organisateur ne connaît pas du tout Vadu”. Qui d’ailleurs ne semble jamais avoir eu de problèmes auparavant.

Jusque maintenant, le responsable ne s’est pas excusé pour les propos tenus envers elle …

 

Un commerçant nous a fait part d’autres problèmes qui sont survenus derrière les coulisses.

“Nous avons payé pour un espace, on a pris note de nos informations (numero de tva, adresse etc) et nous n’avons pas encore reçu la facture promise. Nous avons insisté pour avoir la facture lors de la réservation du stand mais cela semblait impossible. Ils ont mis un mois à nous répondre comme quoi ils ne savaient plus exactement ce que nous avions payé et le plus drôle c’est qu’ils ne retrouvent pas nos informations.”

“Obliger les exposants à venir installer leur stand la veille de l’événement alors que pour la majorité des salons, une installation le matin de l’ouverture est possible… nous ne sommes pas concernés car nous nous sommes opposés à l’idée de faire l’aller-retour de Mons juste pour installer notre stand mais nous connaissons un bon paquet d’exposants qui n’ont pas osé aller contre cette contrainte et qui ont donc dû loger sur place un jour de plus dans des hôtels de la région.

Aucun règlement, document écrit n’a été remis aux exposants. Ce n’est que la veille de l’événement que nous avons appris que nous devions venir avec nos propres tables et nous n’étions pas les seuls car des exposants l’ont appris le jour de leur installation.Une caution nous a été demandé le jour-même pour des parois en carton (caution qui n’a pas été demandé à tous les exposants) et cette caution a été une manière de nous prendre en otage au moment du remboursement de celle-ci car l’organisateur souhaitait conserver cette somme en garantie de la réservation d’un stand pour l’édition 2017.

On nous a imposé la location (ainsi qu’à d’autres exposants) de parais en bois afin de pouvoir y accrocher des affiches et cintres car il était interdit de se servir des parois en carton comme d’un support pour y accrocher quoique ce soit. Et au final, 90% des stands s’étaient servi de ces parois en carton pour y placer des affiches, des cintres etc… Lorsque j’ai demandé le remboursement des parois en bois (10euros/pièce) du fait que nous avions eu l’impression d’avoir été trompés, l’organisateur n’a rien voulu savoir car il prétendait que nous n’étions pas obligé de louer les parois en bois. Bref, nous essayons de respecter le peu de consignes mises en place par les organisateurs mais ça n’a été que désagréments sur désagréments.

Enfin, le peu de sympathie, de politesse et de disponibilité de la part de l’organisateur ne nous donne nullement envie de revenir à une prochaine édition. Nous trouverons un autre événement dans votre région car le public luxembourgeois était très sympathique, nous avons fait de très chouettes rencontres parmi les exposants et les visiteurs.

Voilà, je pense en avoir déjà bien assez dit et je n’ai nullement envie de m’étendre sur les propos de l’organisateur, son manque de sympathie, … Habituellement, nous restons en contact avec les organisateurs des événements auxquels nous avons participer afin de donner nos impressions, nos conseils, … mais là, ce n’est pas possible.

Tout était parfait, les exposants, les visiteurs, l’emplacement mais sans organisation, ça n’a aucun sens.

Et un dernier point (vous allez peut être pouvoir le confirmer), la communication a été mal faite concernant l’événement en lui-même. Les organisateurs étaient présents dans TOUS les événements qui ont précédé leur salon afin de parler d’eux, d’inviter des exposants, des visiteurs mais ils ont oublié l’essentiel à savoir, amener des personnes de la région où se déroule l’événement. Ce sont des commerçants, des connaissances habitants la région en question qui nous ont fait savoir qu’ils n’étaient pas au courant qu’un salon retro geek se déroulait près de chez eux. Car peu importe ce qu’en dit les organisateurs, le public n’était pas réellement au rendez-vous, il y avait peu de visiteurs par rapport à ce qui nous a été annoncé, et surtout les cosplayers qui étaient aussi nombreux que sur des événements beaucoup plus petits.

Le moment où les organisateurs ont commencé à toucher le fond, c’est quand ils ont obligé des cosplayers à monter sur scène alors qu’ils étaient venus simplement pour se balader dans les allées. Tout ça pour des “concours” et des photos.

Je vais pas m’amuser à vous faire des copier/coller des conversations que j’ai échangé avec l’organisateur avant l’événement mais 48h avant l’événement, nous pensions sérieusement ne pas venir car comme je vous l’ai écrit plus haut, l’organisateur ne voulait pas que des exposants s’installent le samedi.

C’est le fils de l’organisateur qui a finalement cédé et qui a accepté que nous nous installions samedi matin.

 

Et en arrivant le samedi matin, nous avons été mal reçu par l’organisateur qui nous a engueulé de ne venir que le samedi et que si c’était pour venir nous installer le samedi, que nous pouvions retourner chez nous… Il y a une limite à ne pas franchir quand même.

 

Heureusement que le fils était présent et nous a défendu.

 

Mais imaginez-vous, tous les malheureux exposants qui venaient de bien plus loin que nous, ils ont dû réserver une chambre à l’hôtel juste pour faire plaisir à l’organisateur.

 

Nous avions des amis exposants de Bxl, des français qui venaient de Lyon (5h de route) qui auraient préféré partir tôt le samedi matin plutôt que de réserver une chambre.

 

Et quand je pense à ces malheureux français, les organisateurs n’ont pas voulu permettre à certains exposants qui venaient de loin de vider leur stand avant 19h (le salon fermait à 18h) sans aucune raison valable.

 

Et puis, y a eu plusieurs débuts de bagarres entre les organisateurs et les exposants, des menaces, des tentatives d’appel à la police… Nous ne sommes pas concernés mais nous avons été témoins de celles-ci.

Des promesses non tenues par les organisateurs à des exposants ayant participé à la première édition et pour qui, ce qui est tout à fait normal, un traitement privilégié aurait dû être mis en place mais rien n’a été fait. D’après ces exposants (mais ça, nous ne pouvons l’affirmer), des remerciements leur avaient été adressés personnellement par les organisateurs, après la première édition, et dans ce courrier était mis noir sur blanc des conditions spéciales pour les participations futures de ces exposants et aucune de ces promesses n’ont été tenues, pire, l’organisateur semblait n’avoir pas connaissance d’un tel document.”

 

 

Evidemment ces témoignages ne reflètent pas l’expérience que TOUS les artistes et invités ont faite. Mais il est clair que jusqu’à ce jour, des gens n’ont pas été payés, d’autres demeurent sans explications ni excuses, la communication sur la page Facebook (posts supprimés, personnes bloquées, etc.) a été jugée comme catastrophique par plus d’un. Certains des concernés ont entrepris des démarches juridiques.

Quant à l’équipe de la Back to Retro, nous savons uniquement qu’un nouveau membre a été recruté qui s’occupe de la page Facebook.

 

Pour toute question, info, témoignage, etc.: laura.zimtstern26@gmail.com

 

Partie 1: https://geekslifeluxembourg.com/2016/10/03/une-entree-refusee-fait-polemique/

Partie 2: https://geekslifeluxembourg.com/2016/10/03/back-to-retro-2-interview-avec-un-membre-du-staff/

Back to Retro 2 – Interview avec un membre du staff

Suite aux incidents qui ont eu lieu lors du salon Back to Retro 2, nous avons pu mener un interview avec un membre de l’organisation.

En gras: les questions de l’auteur

En texte simple: les réponses de monsieur A

 

Bonsoir,

Je suis rédactrice du site geekslifeluxembourg.com, une plateforme qui couvre tous les événements et les nouveautés du monde geek au Luxembourg et dans la région. Des membres de notre équipe étaient sur place lors du Salon Back to Retro 2 et nous tenons tout d’abord à vous remercier pour l’organisation et la mise en place de cet événement. Nos membres ont passé une bonne journée, un article d’une de nos rédactrices est déjà en ligne sur le site.

Lors de nos recherches nous avons également entendu parler d’un incident qui se serait produit à l’entrée du salon. Il s’agit de la cosplayeuse Stéphanie Hotaru Tomoé Pirsoul à qui l’entrée aurait été refusée. Voulant entendre la version de tous les partis concernés, est-ce que vous pourriez nous raconter ce qui s’est produit de votre point de vue?

J’ai également lu que votre équipe avait été remaniée. Dans ce cas, pourriez-vous éventuellement me dire comment rejoindre le membre du staff qui avait répondu aux commentaires relié à l’incident? Je pense qu’il en sait plus, mais je serais reconnaissante pour toute info!

Cordialement et bonne continuation,

Kotohime, Geeks Life Luxembourg

 

Bonjour, je suis l’organisateur du BACK TO RETRO, ce n’est pas compliqué, l’année passée, lors du premier BTR, Stéphanie s’est présentée à notre salon, nous l’avons acceptée, sans aucun jugement, nous sommes nouveaux dans ce monde des salons.

Lors de poses photos sur scène, des parents d’enfants sont venus me trouver en m’expliquant que Stéphanie laissait apparaître ses parties intimes, me précisant qu’elle avait une petite culotte bleue. Afin de ne blesser personne, j’ai demandé à mon ami (le cuistot) qui est gay d’aller lui demander de faire preuve de plus d’attention en vue de nombreux enfants présents, justement pour ne pas être traité de vilain homophobe.

Mon ami m’a dit que Stéphanie jouait la carte homophobe, mon ami l’a alors priée de sortir.

J’ai agi par crainte d’incompréhension du public, et le cosplay étant peu connu dans la région, j’ai vraiment eu peur d’être accusé d’organiser un spectacle ne correspondant pas aux enfants, j’avoue que j’ai eu peur.

Je n’ai rien de personnel contre Stéphanie (je me suis encore excusé) .

Quand elle s’est présentée de nouveau à l’entrée dimanche, j’ai encore été pris de panique à l’idée qu’on me reproche les mêmes critiques des parents, et nous lui avons refusé l’entrée, j’ai très mal communiqué, c’est vrai, j’ai agi comme un père de famille, j’aurais dû prendre plus de recul, mais bon voilà.

Je l’ai expliqué à maintes reprises, je n’ai absolument rien contre elle ni contre personne d’autre d’ailleurs, je n’ai pas déposé de plainte comme on me le conseillait, pour ne pas lui causer plus de tord.

 

Merci pour votre réponse et votre disposition 🙂 Je n’ai pas pu y aller, mais des membres de mon équipe y étaient.

J’aurais encore quelques questions si cela ne vous dérange pas.

Est-ce que le problème à propos de Stéphanie était la jupe ou est-ce que les plaintes et donc le refus d’entrée était plutôt liés au fait qu’elle est transgenre? Y avait-il beaucoup de plaintes de parents dont les enfants auraient vu la culotte de la cosplayeuse?

Je n’ai pas encore pu voir de photo du cosplay, mais selon les explications de Stéphanie elle-même, elle aurait rallongé sa jupe suite aux réclamations de l’année dernière. Qu’en pensez-vous? Etes-vous celui qui lui a refusé l’entrée cette année et si oui, pourquoi, ou est-ce que c’était quelqu’un d’autre? Vous souvenez-vous plus ou moins de l’explication que vous lui aviez fournie à ce moment? (je sais que ça date un peu)

Merci encore une fois!

 

Bonjour,

Stéphanie a reconnu elle-même à la police qu’elle avait “rallongé” sa jupe, suite au problème de l’année passée, c’est quelle reconnait elle même avoir créé un certaine malaise. Rien à voir avec le fait qu’elle soit transgenre, je l’ai dit et redit, cela aurait été une fille avec le même comportement, disons provocateur, nous l’aurions recadrée, mais avec une fille, je pense que nous ne serions pas en train de nous justifier sans cesse.

C’est moi-même qui lui ai refusé l’entrée cette année après que l’agent m’ait fait appeler, ayant peur de me retrouver avec le même malaise que l’année passée, je l’ai refusée, sans aucune explication ni insultes, juste par crainte, point.

Ici, je me retrouve aux bancs des accusés parce que j’ai agi en père de famille, et sur les dires d’une seule personne, dans notre société démocrate, je ne comprends pas l’acharnement d’une poignée, et le pire: a chaque fois que je m’explique, je me fais démolir encore un peu plus. On essaie de créer quelque chose en Wallonie, et c’est systématique, on doit démolir. Voilà, c’est d’un triste!!

 

Oui, elle l’a reconnu et a agi en conséquence en rallongeant sa jupe. Pourquoi l’entrée lui a-t-elle été refusée cette fois? Le changement n’était-il pas suffisant?

 

Je vous explique, que ce n’est ni la taille de la jupe ni son appartenance, c’est dû à son attitude! L’année passée. Nous avons eu peur des mêmes réactions.

De plus si elle agit en conséquence, par rapport a l’année passée, c’est bien la preuve qu’elle était parfaitement consciente qu’elle a provoqué cet incident, si elle provoque un trouble ou un incident, c’est logique de l’avoir mise dehors. Si cela avait été une personne qui avait trop bu, pensez-vous que nous aurions la ligue des alcooliques anonymes sur le dos? Ou un gros monsieur (comme moi), devrions-nous nous justifier auprès des personnes en surpoids? Ici, je vois qu’à chaque fois on essaie de me faire avouer quelque chose que je n’ai pas commis.

Est-ce que vous pourriez admettre que Stéphanie ne s’est pas comportée normalement?? Qu’elle a peut-être été trop loin, l’année passée? Et qu’elle profite de son appartenance pour nous faire culpabiliser ?

Tout le monde commet des erreurs, et quand ces erreurs sont punissables, il faut en accepter les conséquences et ne pas faire retomber sur les autres son mal-être.

 

Je ne suis pas au courant de son comportement de l’année dernière, pourriez-vous m’expliquer? Est-ce que vous vous souvenez du nombre des parents d’enfants qui se sont plaint? Y a-t-il eu d’autres plaintes/réclamations/incidents cette année?

Je me pose la question parce que dans son explication postée sur sa page, il est question d’une jupe trop courte et non d’un problème d’attitude.

Je vous l’ai expliqué!!! Sur mon premier message!! Elle se penchait très fort, laissant apparaître ses parties intimes, et oui il y a plus de 10 personnes, la moitié, j’en ai les noms et identités.

 

Pourriez-vous me donner quelques noms ou dire comment rejoindre ces personnes?

Les noms, je ne les citerais que si cela va trop loin, à la justice. Les personnes qui se plaignent sont pour la plupart de faux profils ou des gens qui n’ont que le net pour s'”exciter”.

 

Ok, pas de soucis.

J’ai une question à propos de la page BTR. Certaines personnes se plaignent à propos de commentaires qui ont été supprimés. En ce qui concerne l’identité transgendre de la cosplayeuse qui est discuté beaucoup en ce moment, des internautes ont parlé d’un post selon lequel l’organisation aurait dit que ‘c’est un événement de famille et non la foire de Libramont ou la Gay Pride’. Je n’ai plus retrouvé le post. Pourriez-vous nous en dire plus?

J’espère que ce ne sont pas trop de questions en un coup, mais prenez votre temps, je vous écoute!

La foire de Libramont, c’est en réponse à une fille qui customise des consoles, qui nous a fortement blessés dû aux efforts que nous avons faits pour faire exister ce salon.

Elle n’a pas “admis” que nous ayons pris une autre fille qui fait le même travaille qu’elle, mais elle, gentille et sympathique.

Cela ne me pose aucun problèmes de répondre.

 

Comment vous a-t-elle blessé?

Elle nous a comparés à une espèce de Kermesse, de foire aux boudins, à Libramont. Et je lui ai répondu que Libramont, elle y serait à sa place, entourée de vaches (pas l’animal), je faisait référence a peaux de vaches, pour la tenue de ses propos.

 

Quel est le nom de l’artiste?

Wadu Amka. Elle a un ego démesuré.

 

D’accord, merci pour ces infos.

Me comprenez-vous un peu après toutes mes explications??

 

Je ne prends pas parti, ce qui serait difficile pour moi en tant que personne venue ‘de dehors’.^^ Mais j’essaie de comprendre ce qui s’est passé.

En ce qui concerne la comparaison avec la Gay Pride, dans quel contexte est-elle survenue? Où sont passé ces posts en fait? Est-ce vrai que des gens ont été bannis de la page?

Il y a quelques jours, j’ai lu aussi qu’une vidéo avec des explications sera publiée. Le post n’est plus là. Qu’en est-il avec la vidéo? Comptez-vous la publier?

Si vous ne prenez pas parti, alors pourquoi toutes ces questions?

Ceux qui ont été bannis avaient des propos déplacés et devenaient vraiment grossiers. Et la comparaison avec la Gay Pride, c’est mon cuistot qui avait dit cela, car comme je vous l’ai expliqué il a déjà participé à la Gay Pride, je suppose, et comme Stéphanie prenait sur scène des poses qui lui inspiraient plus la Gay Pride que du cosplay.

Nous ne publierons plus rien, ni vidéo ni autre chose, je suis maintenant secondé par des pro de la com, qui ne veulent plus que je réponde, comme je l’ai fait, ils s’en occuperont le moment venu.

J’espère quand même avoir un peu éclairci les choses?

 

Oui, merci pour votre point de vue!!

Ce n’est hélas pas un point de vue, ce sont les choses comme elles se sont passées.

 

J’écris un article, voilà pourquoi toutes les questions. Je pense pouvoir le publier en début de la semaine prochaine …

Mon point de vue, je vous l’ai dit, j’ai rien contre personne.

J’espère qu’il relatera bien mes propos et non déformé.

 

Donc en ce qui concerne la situation autour de Stéphanie, est-ce que maintenant, avec plus de recul, vous auriez réagi de la même façon ou différemment?

Je pense qu’on aurait dû se parler avant

que j’ai tout pour répondre aux questions des parents.

 

Vous avez parlé des artistes. Il y a eu des réclamations selon lesquelles des contrats n’auraient pas été respectés et que des paiements n’auraient pas été faits. Quelle est votre position là-dessus?

Cela reste du domaine du privé, oui, nous avons des soucis financiers cette année, mais c’est un projet qu’il faut laisser mûrir, et les artistes dont nous avons eu pleines satisfactions ne se répandent pas sur le net, c’est ceux avec qui les choses promises n’ont pas été tenues, et je répète, cela fait partie du domaine privé, les comptes de notre asbl sont publiés, chaque année au moniteur belge, comme la loi nous y oblige.

Juste une précision, quand j’ai commandé à la société 3 comédiens “effrayants avec un maquillage qui fait peur” et que lorsque quand ils se présentent à moi, ils me disent, “heu nous on savait pas, on est des jongleurs à la base”, et qu’ils entreprennent un spectacle de jonglerie avec du feu, vous pensez bien que je ne suis pas satisfait, de plus ils m’ont fait prendre d’énormes risques, point de vue assurance. On a certainement accumulé un tas de petites fautes qui seront corrigées par la suite pour les futures BACK TO RETRO.

 

Oui, j’ai lu l’info sur le remaniement de l’équipe? Pourriez-vous nous dire un peu en quoi il consiste?

Les personnes qui ont rejoint l’équipe sont très connues dans le monde geek et elle feront un communiqué en temps voulu, je ne veux pas gêner leur travail.

 

Avez-vous déjà une date prévue pour la prochaine édition?

9 et 10 septembre 2017

Vous savez, 2.500 personnes ont été ravies de BACK TO RETRO 2.

 

Oui, les membres du staff de Geeks Life Luxembourg présents n’ont rien à y reprocher.

Merci a eux d’y être passés. Ils seront l’année prochaines nos invités.

 

2 dernières questions: Avez-vous présenté vos excuses personnelles à Stéphanie? Est-ce que ce serait possible de publier notre interview tel quel, comme il a été fait?

Je l’ai fait sur la page FB.

J’aimerais le lire en intégralité avec surtout mes fautes corrigées. Sinon je vais encore me faire incendié par les défenseurs de la langue française.

 

Vous voulez que je corrige les fautes?

Ben pour publier, c’est mieux, non?

 

D’accord, pas de soucis.

En tout cas MERCI beaucoup pour vos réponses et bonne continuation à la BTR! C’est bien de voir de plus en plus d’événements geek surgir dans le coin et nous savons aussi qu’organiser un tel salon n’est pas facile.

Merci pour votre tribune et vous êtes les bienvenus pour le 3.

 

 

Interview mené par Kotohime. Pour toute question ou information, n’hésitez pas à envoyer un e-mail: laura.zimtstern26@gmail.com

 

Partie 1: L’entrée à la Back to Retro 2 refusée à une personne? – Un incident et ses conséquences

Partie 2: Interview avec l’organisateur

Partie 3: Des artistes insatisfaits

 

Back to Retro 2 – Une entrée refusée fait polémique

Note: L’équipe de Geeks Life Luxembourg n’a aucun lien personnel avec les personnes mentionnées. L’article a été rédigé suite à des témoignages et ne reflète pas l’opinion personel de l’équipe.

 

La Back to Retro est un salon à thème qui a eu lieu mis-septembre à Arlon et qui mise surtout la culture geek retro et vintage. Des membres de notre équipe ont été présents (cf notre article ici: http://geekslifeluxembourg.com/2016/09/18/back-to-retro-2-review/ ainsi que nos galeries photos), mais ce n’est que par la suite que nous avons appris que l’événement ne s’est pas passé si bien pour tout le monde.

Tout a commencé avec un post d’une cosplayeuse nommée Stéphanie qui a vite fait le tour du web.

bonjour à tous,

Aujourd’hui (11-09-16), je suis allée à la convention Back to Retro en cosplay de Sailor Moon. Arrivée sur place, je me suis présenté à l’entrée pour acheter mon billet et quelle ne fut mon étonnement de me voir refuser la vente. Étant un peu surprise, j’ai voulu obtenir des informations mais je n’ai pas eu le temps de dire quoique ce soit que je me suis fait « bousculer » par l’agent de sécurité qui me dit que l’entrée m’est interdite. Pareil, je tente d’avoir des explications et à ce moment-là, c’est l’organisateur en personne qui vient me voir et qui me dit que mon cosplay est indécent et que c’est pour cela que l’entrée m’est interdite. J’essaie de lui expliquer que par rapport à l’an passée où effectivement ma jupe était un peu courte (mais pas indécente non plus), j’avais retravaillé mon cosplay et que désormais ma jupe était plus longue pour justement éviter les quelques petits soucis que j’avais eu autrefois qui aurait pu être pris pour de l’indécence. Rien à faire, l’organisateur ne veut rien entendre et va même jusqu’à me sous-entendre que c’était à cause de ma transsexualité qu’il me refusait l’entrée. Soit-disant qu’on était dans une convention familiale et non dans un salon érotique.

Comprenant que j’ai été discriminée, j’appelle la police pour lui demander de l’aide mais celle-ci me dit qu’elle n’a pas de patrouille disponible pour venir sur place.

Je décide donc d’aller au bureau de police moi-même et là, le sol se dérobe sous mes pieds. Je tombe des nues quand la police m’annonce qu’elle ne veut rien faire soi-disant que l’organisateur leur a dit qu’il a eu des plaintes de personnes l’an passée, lors de la convention, concernant mon « indécence ».

De plus, le policier m’a dit que même s’il prenait ma plainte, le juge la classerait sans suite directement.

Je suis donc rentré chez moi, outrée et furieuse premièrement à cause de la discrimination faite par des personnes qui sont censées être totalement neutre par rapport à cela et ensuite par l’attitude de la police qui me refuse ma plainte, ce qui au passage est un outrage à la loi belge qui stipule que chaque policier doit accepter toute plainte déposé par un citoyen.

Dès lors, je compte bien faire en sorte que ces personnes soient jugées pour leurs actes et je vous partage mon vécu sur Facebook pour que dès lors ce message soit partagé le plus possible afin que les gens constatent quelles horreurs se cachent derrière ces personnes qui ne méritent que le mépris(et encore).

En gros, la cosplayeuse citée s’est vu refuser l’entrée et mentionne un souci avec sa tenue jugée trop courte (la première photo date de l’année passée, la deuxième montre la jupe rallongée suite aux commentaires d’un membre du staff).

14459087_10207578701607849_1066876531_n

14445528_10207578621565848_1985443678_n.jpg

Peu après, une page dédié à Stéphanie est apparue (https://www.facebook.com/soutientastephanie/) et plusieurs internautes ont ajouté une image de soutien sur leur compte Facebook.

14291716_1587140624924107_7247796696860799726_n

Comme nous avons pu le constater, le web s’est vite enflammé suite à des propos discriminatoires qui auraient été tenus par le membre de l’organisation ayant refusé l’entrée à Stéphanie. Nous avons alors commencé à rechercher et à essayer de comprendre ce qui s’est passé. Le post suivant figure parmi les plus partagés suite à l’incident, mais a depuis été supprimé.

14292294_1588265798144923_5883518091003741883_n

La partie qui a suscité la polémique est l’affirmation de l’organisateur que “la Back to Retro n’est pas un salon de l’érotisme, la Gay Pride ou la foire de Libramont”. Mise en relation avec le post de Stéphanie et aux messages de soutien, l’organisateur s’est vite vu accusé de discrimination et de propos transphobes. L’histoire prend alors de l’ampleur et plusieurs personnes qui suivent le débat remettent fortement en cause les raisons avancées par le membre du staff. Les internautes demandent des explications.

 

Un membre de la famille de Stéphanie nous a fait part de son témoignage (en italique, les questions de l’auteur de cet article sont marquées en gras):

“Et bien par rapport à Stéphanie, je suis son cousin et bien j’ ai entendu parler de cette histoire par Stéphanie elle-même via téléphone peu de temps après qu’elle ce soit vue refuser l’entrée à la Back to Rétro 2 part l’organisateur de cet événements sous prétexte d’une plainte de parents pour comportement indécent. D’après l’organisateur, elle aurait exposé sont service trois pièces au travers de son cosplay de Sailor Moon où elle portait body avant sa jupe alors moi j’ai été voir sur la page de la Back to Rétro et là dans un statut pour le bilan de cette édition 2016 de leurs événements et dans ce statut ils ont précisé qu’ils n’étaient pas le salon de érotisme ni la gay pride ni le salon de l’agriculture de Libramont et la j’ai fait la capture d’écran de ce bilan. Si vous désirez je peux vous envoyer la capture d’écran, mais suite à cet événement, plusieurs cosplayeurs et cosplayeuses leur on demandé des explications et des excuses pour leurs propos tenus, propos “homophobes” et à chaque fois ces organisateurs supprimaient leurs statuts où on leur demandait des explications et ils ont même bloqué des personnes de leur page juste parce qu’elles soutenaient Stéphanie.”

 

Donc d’après les organisateurs, Stéphanie aurait montré ses parties intimes et des enfants l’auraient vu. Est-ce qu’elle s’est prononcé sur ce sujet? J’ai pu aussi lui parler un peu, mais d’après elle, les organisateurs auraient eu un problème avec sa jupe soi-disant ‘trop courte’. Est-ce que vous en savez plus?

 “C’est ce que les organisateurs de cet événement disent mais on leur a demander de voir la plainte et la tenue qui était “en cause”, mais on n’a jamais rien eu comme réponse de leur part. Oui c’est ce qu’elle m’a dit également et cette jupe, elle l’a refaite depuis, mais moi je peux vous dire que je doute fort que Stéphanie aurait fait une telle choses car trop pudique et trop respectueuses. Et c’est quand même étrange car dans les autres convention elle n’a jamais eu ce genre de soucis, que cela soit en Belgique ou même en France ainsi qu’à la convention au Luxembourg, je n’ai jamais entendu parler de ce genre de soucis avec Stéphanie et étrangement à la Back to Rétro, elle aurait eu un telle comportement. Franchement je pense que les responsables de la Back to Rétro, ils ont pris cette excuse pour camoufler leur homophobie car je pense qu’il savait que s’il était ouvertement homophobe, ils auraient eu des problèmes sur place, donc ils ont trouvé une excuse qui ne tient pas la route pour moi.”
D’autres internautes ont critiqué l’affirmation de l’orga en ajoutant que l’argument de pudeur ne tenait pas la route, étant donné que des tenues bien plus osées ont été vues lors de l’événement.
Les captures suivantes ont également largement fait le tour du web.

La communication de l’orga est alors fortement critiquée. Plusieurs personnes confirment que des posts sont supprimés (certains commencent alors à faire des captures d’écran) et que des utilisateurs bannis de la page Back to Retro. S’ajoute à ceci un profil Facebook dont un membre nous a fait part …

14528449_1592165074421662_441454398_n

Comme l’explique une personne qui connaît Stéphanie personnellement et dont la maison d’édition envisageait de participer à la BTR l’an prochain, la réaction de l’organisation reste un problème. “Voyant l’ampleur que prenait l’événement et le manque de respect dont faisait preuve l’organisateur concernant les commentaires critiques, je l’ai contacté en privé. Sa réaction fut la même que sur son statut. Il s’est posé en victime et n’a pas entendu mes mises en garde par rapport à la crédibilité de son événement. Ces mêmes mises en garde ont été émises par d’autres personnes et ont fini par faire leur chemin puisque l’organisation a été restructurée. Mais ce, après beaucoup de rancoeur et de propos blessants échangés, de faux profils, de bannissements qui n’ont fait qu’exacerber les faits. Je tenais à vous contacter pour vous signaler qu’il y a des personnes qui ont essayé de calmer le jeu mais que l’attitude des organisateurs n’a pas aidé. Je pense qu’il y a effectivement eu discrimination mais que l’organisateur n’a pas jaugé l’ampleur de ses actes et ne connaît pas assez le monde du Cosplay (et de l’événementiel) pour agir rapidement face à un tel “buzz”. Quant à son argument de salon familial, je lui ai plusieurs fois fait remarquer qu’il était peu crédible d’en user et de publier ensuite des photos de monstres absolument horrifiques.”

“A un moment, les messages (de l’organisateur) sont devenus plus virulents, toujours dans cette dynamique du ‘on a raison’, du ‘je m’excuse, mais on n’est pas à la Gay Pride'”, raconte un autre membre. Il ajoute que Stéphanie est une cosplayeuse qui a participé à beaucoup de conventions, mais n’a jamais eu de soucis. Restent alors de nombreuses questions pour lesquelles, selon cette personne, il n’y a toujours pas de réponses. “Le milieu geek est connu comme milieu on ne peut plus tolérant. Il a toujours accueilli les personnes de tout horizon et je ne veux pas qu’il soit associé avec de tels propos. En plus nous nous trouvons en pleine polémique avec les discussions sur les droits des transgenres aux Etats-Unis, le mariage pour tous, etc. Difficile à dire qu’on n’est pas au courant. Cela se passe dans un moment très délicat.”

Une personne qui suit la discussion résume les faits comme suit: “Oui c’est l’aspect homophobie qui a déclenché le plus gros tolé, beaucoup de gens en ont profité pour critiquer la politique des tarifs du salon (tarification excessive des consommations) et bien sur, cet engouement a tout effacer. Pour vous dire, il est impossible de noter la page ou d’y poster des photos, comme ça ils doivent penser enterrer ce qu’ils ont pu dire. Il va alors s’enchaîner tout un tas d’événements, tout d’abord il y aura une très forte mobilisation de la part des personnes qui connaissent Stéphanie  partage du statut, commentaires de soutien. Le tout va finir sur la page même de BTR, et les questions sur la situation s’enchainent rapidement. Une première vague de censure arrive alors: des dizaines de personnes sont bannies de la page, l’affluence ne fait que grandir, et BTR décide alors de supprimer les posts pour poster, en moyenne, 1 statut différent chaque jour (en prenant soin à chaque fois de supprimer le précédent). Si je résume les choses simplement: BTR a usé tout les moyens possible pour argumenter en sa faveur … Et cela est passé par la suppression des posts et des commentaires, le bannissement régulier des personnes qui postaient, des posts remerciant leurs “soutien” dans cette affaire, ignorants totalement leurs détracteurs.

J’ai regroupé toutes les requêtes et demandes faites par les gens pour en faire des questions condensées et simple afin que BTR puisse y répondre sans débordements … Malheureusement, cela n’aura pas beaucoup servit puisqu’à part quelques réponses rapides se défendant d’être homophobes, je n’ai rien pu obtenir.

Pour ma part, j’ai eu l’impression d’assister a une débat stérile … D’un coté, des dizaines de personnes en colère, blamant la page pour sa communication absolument désastreuse. De l’autre, BTR, s’exprimant comme un enfant de 15 qui a cassé le vase de sa maman et qui cherche toutes les excuses et moyens possibles de se dédouaner … C’est bien dommage.”

 

La raison du refus d’entrée est toujours encore remis en cause presque un mois après l’incident, comme en témoigne une autre personne sur Facebook:

C’est quand même étrange que Stéphanie n’ait apparemment “montré ses B aux enfants” QUE dans votre évènement alors qu’elle est présente partout en Belgique et ce, depuis bien avant la création de votre marché rétro…

Pour que les “témoins” aient une quelconque valeur, il faut qu’ils soient “neutres” et pas les enfants, amis, cousins etc de l’organisateur… Donc sachez que, dire que quelqu’un “montre ses boules aux enfants”, c’est parler d’une infraction extrêmement grave et qu’en l’absence de toute preuve, c’est de la diffamation de la part de l’organisateur.

En outre: vous avez refusé Stéphanie *avant* qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit en 2016… A la limite, si vous l’aviez laissée rentrer et que vous aviez constaté un “manquement aux bonnes moeurs” suivi d’une expulsion, passe encore… Mais là, vous avez simplement refusé qu’elle rentre parce que, 1 an auparavant, l’organisateur trouvait sa jupette trop courte et trouvait qu’elle se “penchait” (ça, en tout cas, c’est la version qui a été répandue partout depuis 1 semaine, la version des baloches à l’air, c’est une évolution de l’histoire ;)). Stéphanie n’a donc pas pu rentrer parce que l’organisateur ne voulait pas de la “cosplayeuse transsexuelle” qui allait “peut-être choquer les enfants bien élevés (sic)” et non pas parce qu’elle a fait quoi que ce soit de mal… Maintenant qu’il y a un CM qui a l’air +/- compétent sur cette page, j’espère que vous allez capter le problème: vous avez interdit à Stéphanie de rentrer dans votre manifestation alors qu’elle n’avait rien fait et qu’elle ne portait pas une tenue problématique… Si ce n’est pas pour “transphobie”, il faudra vraiment essayer de nous expliquer pourquoi… Pcq elle n’a rien fait qui justifie ce refus. Et la discrimination de quelqu’un ne peut pas être fondée sur vos “craintes” que l’enfant d’un intolérant va éventuellement être choqué.

Quand Stéphanie dit qu’elle “a fait des efforts”, c’est parce qu’elle a tenu compte de la remarque de l’organisateur qui lui a dit en 2015 qu’il fallait qu’elle rallonge sa jupe (notez encore une fois ici, il s’agit du SEUL organisateur de Belgique, toutes conventions confondues, qui s’est inquiété de la longueur de la jupe de Stéphanie et qui l’accuse d’indécence). Stéphanie étant une fille extrêmement gentille qui veut vivre sa vie et pas embêter les gens, l’a écouté et a accédé à ses conseils… Pour quand même se faire rejeter pour “délit de sale gueule”, visiblement…

Bref, cette histoire ne tient pas la route: des excuses envers Stéphanie (et pas un vague “toutes les personnes gnangnan” seraient les bienvenues, non?”

Une histoire sans fin que les personnes qui suivent la Back to Retro de près ou de loin ne sont pas prêtes à oublier … En même temps, Stéphanie dit attendre toujours encore des excuses de la part des organisateurs.

 

Pour toute question, info ou tout témoignage: laura.zimtstern26@gmail.com

 

Partie 1: L’entrée à la Back to Retro 2 refusée à une personne? – Un incident et ses conséquences

Partie 2: Interview avec l’organisateur

Partie 3: Problèmes entre artistes et l’orga

Back to Retro 2 – 2016- Review

Die Back to Retro fand vom 10. bis zum 11. September in einer kleinen Halle mit ausreichend Parkplätzen in Arlon, Belgien, statt.
Es war eine kleine aber heimliche Konvention mit vielen Verkaufsständen, die größtenteils Retro-Sachen anboten. Von Konsolen bis hin zu Kleidung, über Animes bis hin zu Comic-Helden und Horror.
Wer schon älter war und schon damals ein Faible für solche Sachen hatte, dem ging das Herz auf und alte Kindheitserinnerungen kamen hoch. Es gab auch stände die ganz besondere Schätze borgen, wie zum Beispiel ein Stand der alte Konsolen aufmotzte und sie wie neu und elegant wirken ließ. So war jedes Stück zu einem Unikat geworden und hatte seine ganz eigene Bemalung und Motive. Ein anderer Stand bot die verschiedensten aber realistische Latexmasken an, die teils echt zum Fürchten waren.

Schade war nur, dass man innerhalb von 10 Minuten schnell durch war und es dementsprechend recht klein war. Gegen Mittag waren einige Leute da, was es doch erschwerte durch zu kommen und bei den Ständen stöbern zu können, da der Platz fehlte.
Neben den Verkaufsständen gab es eine Bühne auf der Musik lief und auf der 2 Cosplay Wettbewerb abgehalten wurden. Jedem im Cosplay war es frei mit zu machen. Die Regeln waren sehr locker gehalten, was es auch den unerfahrensten Cosplayern ermöglichte mitmachen zu können. Die Tontechnik war nur nicht so gut, weshalb das Mikrofon etwas zu laut eingestellt war und es manchmal schmerzende Geräusche für die Ohren gab. Zu sehen gab es auch kleine Showeinlagen wie eine Feuershow.

Gleich daneben waren 2 Springburgen aufgebaut um auch den kleinsten Besuchern Spaß und Unterhaltung zu bieten. In einem kleinen abgedunkelten Nebenraum standen Arcadegames, typisch retro und mehr als passend für die Konvention. Außerdem gab es eine kleine Gaming Ecke wo man gleich Vorort an den Konsolen zocken konnte.

Zu trinken war gesorgt und zum Essen bot man frische Waffeln an. Wer jedoch was anderes wollte musste aus der Halle und sich etwas suchen. Gleich in der Nähe war nicht viel wodurch man etwas weiter gehen musste um etwas zu zubekommen.
Durch den Stempel an der Hand konnte man jedoch immer wieder rein gehen.

An sich ist es eine kleine aber feine Konvention für die es sich lohnt vorbei zu kommen wenn man auf Retro steht, da darauf der Schwerpunkt liegt und man das eine oder andere seltene Stück ergattern kann. Um den ganzen Tag dort zu bleiben lohnt es sich jedoch nicht wirklich da nicht sehr viel Abwechslung geboten wird und sie wie gesagt recht klein ist.